Wildweek #323

Petit moment de grâce avec la session NPR Tiny Desk concert de Toro Y Moi, à ne rater sous aucun prétexte !

Le groupe Calexico et le groupe Iron & Wine unisse leurs forces pour un album collaboratif prometteur « Years to Burn ». Prévu pour le 14 Juillet sur le label City Slang, on peut déjà découvrir un extrait intitulé “Midnight Sun”.

Bleached vient d’annoncer un nouvel album « Don’t You Think You’ve Had Enough? »,qui sortira le 12 juillet prochain avec le label Dead Oceans. Il marque une étape importante et traite notamment aux difficultés d’addictions déjà abordées dans le titre “Hard to Kill”.

Michelle Zauner de Japanese Breakfast livre le titre « Essentially » écrit à Bali en collaboration avec les Hôtels W et ça donne envie d’un plus long format…

Bonne écoute et bon week-end !

Ryder the Eagle à la conquête du Point Éphémère

Ryder the eagle au Point Éphémère, le 23 avril 2019

Ryder the Eagle a beau sonner américain, les racines sont bien ancrées en France sous le nom d’Adrien Cassignol, officiant auparavant en tant que batteur de Las Aves et The Dodoz.
Après l’avoir découvert en 2017 en première partie de Razorlight, ce mardi j’étais en route pour le voir se produire en artiste principal cette fois-ci, sur la scène du Point Éphémère. C’était l’occasion de découvrir son nouvel EP « Free Porn » sorti cette année, dont en est extrait le titre « Wounded Bird » ci-dessous.

Ce qu’on peut dire c’est que le jeu sur scène a bien évolué. Ryder the Eagle enfile son habit de crooner sur la brèche, tout de blanc vêtu, de manière complètement convaincante. Personne dans le public restera insensible ce soir. Ryder the Eagle apporte un certain décalage et une dérision bienvenue, qui lui permet de dépasser l’image de crooner.
Accompagné de son smartphone depuis lequel il lancera chacune des pistes, et quelques fois de sa guitare ; le contraste entre sa performance et les moyens à disposition est désarçonnant.
Ryder the Eagle a clairement un charisme et un magnétisme qui le ferait très bien passer sur une plus grande scène et accompagné.
Ryder the eagle au Point Éphémère, le 23 avril 2019Côté titres, les émotions sont à fleur de peau et Ryder the Eagle les porte comme des cicatrices. L’efficacité des mélodies est redoutable, que ce soit les premiers titres comme « Die on my bike » chantée avec le public ou les derniers. En ce qui me concerne, je suis ressortie du concert en fredonnant « Lighthouse », titre qui resta dans ma tête plusieurs jours après le concert. Quant à la voix, elle est juste et assurée en plus d’être belle.
La seule déception de la soirée sera la longueur du set. Je me serais facilement laissée rêver à des reprises de titres qui ont marqué Ryder the Eagle en attendant que sa setlist s’étoffe.
Bref vous l’aurez compris, si le Ryder the Eagle se produit, ne ratez pas l’occasion de le voir en live ! L’oiseau étrange gagne en assurance pour le plus grand plaisir de nos oreilles.
En attendant on lui souhaite une belle reconnaissance avec son dernier EP et on rêve à un plus long format…

Wildweek #322

À l’été, le label Mexican Summer avec la contribution de Pilgrim Surf + Supply sortira le film « Self Discovery for Social Survival ». Pour l’accompagner un morceau original de Allah-Las ci-dessus et la collaboration de Connan Mockasin et de Andrew VanWyngarden de MGMT entre autres. Le film vous fera suivre huit musiciens et seize surfers en Islande, au Mexique et aux Maldives.

Marina Hackman fait de nouveau parler d’elle avec un nouveau single en écoute « I’m Not Where You Are », affaire à suivre donc !

The Black Keys reviennent avec leur premier album depuis 5 ans « Let’s Rockprévu pour le 28 juin. Un nouvel extrait a été dévoilé intitulé « Eagle Birds ».

Cette semaine j’ai découvert une série produite par Amazon, « Hanna », tiré su film du même nom. Mais c’est surtout la BO qui mérite le détour notamment la ballade irrésistible de Karen O « Anti-Lullaby ».

Bonne écoute et bon week-end !

Wildweek #321

Coup de coeur pour le nouvel extrait « Home to You » du prochain album de Cate Le Bon prévu pour le 24 mai sur le label Mexican Summer.

Malgré un titre trompeusement superficiel « OMG Rock N Roll », la dernière chanson de Kevin Morby vaut le détour en attendant l’opus prévu pour le 26 avril.

Laissez-vous bercer par le dernier titre dévoilé par Four Tet « Teenage Birdsong », entre synthés et flûte, c’est un voyage sonore.

On termine avec une touche de nostalgie avec Tears for Fears accompagné de Weezer pour leur titre phare « Everybody Wants to Rule the World ».

Bonne écoute et bon week-end !

Wildweek #320

On retrouve les jumeaux californiens The Garden, découverts en 2016, en bonne compagnie avec Mac DeMarco. Ça donne une chouette collaboration avec « Thy Mission » en vidéo.

Jolie découverte avec Foreign Diplomats, tout droit venus de Montréal pour nous offrir un titre qui transporte intitulé « Road Wage ».

On ne manquera pas le rendez-vous du 26 avril pour le nouvel opus de Local Natives. En attendant, le groupe nous fait patienter en dévoilant le très beau clip de « Tap Dancer » avec la performance impressionnante de Micaela Taylor.

On termine avec PJ Harvey qui s’acoquine avec le 7ème art pour le film « All about Eve » avec un bel instrumental en écoute ci-dessus et une collaboration avec l’actrice Lily James « Moth ».

Bonne écoute et bon week-end !

Beirut illumine son public au Grand Rex

Beirut en concert au Grand Rex à Paris le 5 avril 2019

Ce vendredi 5 avril fêtait le retour du groupe américain Beirut dans la ville lumière pour la sortie de leur nouvel album et 5ème opus « Gallipoli ».
Et la lumière tenait une place centrale ce soir là avec une scénographie épurée et intimiste en parfaite cohérence avec l’univers musicale de la bande à Zach Condon, Beirut. Les tapis persans et les ampoules sur pied diffusant une ambiance chaleureuse, le public était comme chez lui, assis au coin du feu.
En ce qui me concerne j’en suis à mon 3ème concert du groupe et je dois vous prévenir que Beirut fait parti de ces groupes pour lesquels j’ai un attachement tout particulier. Ne cherchez donc pas l’objectivité ou le recul dans ce petit témoignage. Après les avoir vu en concert intimiste au tournage de l’Album de la Semaine et à l’opposé au Zénith, je me faisais un plaisir de les retrouver au Grand Rex pour découvrir « Gallipoli » en live.
C’était d’ailleurs mon premier concert dans cette salle que j’associais plus au 7ème art qu’à la musique…
Installée en mezzanine au premier rang, j’avais une vue parfaite sur la scène. Si le public dans la fosse a essayé de se lever durant le concert, la sécurité les a rapidement rappelé à l’ordre. Cela peut être difficile et frustrant de rester parqué et assis pour ce type de musique et je me demande si Beirut reviendra dans ce type de salle pour cette raison.
Beirut Gallipoli 2019
En ce qui concerne « Gallipoli », le dernier opus renoue avec le coté expérimental et voyage musical. Et cela pour ma plus grande joie car c’était le principal reproche que j’avais avec « No No No » sorti en 2015. Des titres assez lisses et consensuels à mon goût. Le dernier opus, quant à lui, va explorer de nouveaux territoires plus électroniques sur certains titres. Et ça marche étonnamment bien tout en assurant une belle continuité avec la précédente discographie du groupe. Ce nouvel album s’inscrit comme l’évolution logique du style de Zach Condon, plus mature et assumé.
Le concert fut donc un vrai moment suspendu dans le temps. Le plaisir du public et du groupe s’entretenait mutuellement dans un bel échange vibrant. Et si les parisiens aiment se sentir spéciaux, ils ont été servis ce soir-là. Que ce soit par les mots échangés en français par Zach Condon et la présence de la famille du tromboniste, résident parisien, dans la salle.
Ne vous posez plus la question d’aller ou non voir Beirut en concert. Prenez rendez-vous ce printemps et cet été dans pas mal de festivals français et étrangers. Le groupe sera également de retour dans la capitale le 8 octobre prochain à la Salle Pleyel.

Setlist

When I Die
Varieties of Exile
No No No
Family Curse
Santa Fe
Fener
Postcards From Italy
The Shrew
The Peacock
Gallipoli
The Rip Tide
Landslide
Corfu
Scenic World
Light in the Atoll
Elephant Gun
Gauze für Zah
Coček
In the Mausoleum
Nantes

Un dernier verre (pour la route)
We Never Lived Here
The Gulag Orkestar

Wildweek #319

Vampire Weekend nous présente les deux derniers extraits avant la sortie de leur nouvel album « Father of the Bride » le 2 mai prochain. Découvrez dès maintenant « This Life » ci-dessus et « Unbearably White » en écoute, je suis assez impatiente.

Mac De Marco dévoile « All Of Our Yesterdays » extrait du prochain album à paraître sur le propre label de l’artiste, Mac’s Record Label, le 10 mai prochain. Il en a également profité pour annoncer trois concerts en France à Paris, Rennes et Lille en novembre prochain.

Hot Chip annonce un nouvel album pour le 21 juin prochain en partageant un premier extrait en vidéo « Hungry Child ». On y retrouve les acteurs Martin Starr et Milana Vayntrub pris au piège de la musique.

Et puis parce que c’est bientôt le week-end, on profite du soleil avec Antonin Appaix, nouvel arrivé du label Cracki Records. Laissez-vous séduire par « Ta peau contre ma peau ».

Bonne écoute et bon week-end !

Wildweek #318

Tame Impala nous annonce son retour avec un premier extrait bien choisi car il s’appelle « Patience ».

Alison Mosshart de The Kills rejoint l’autre groupe Mini Mansions le temps d’un titre pour « Hey Lover » et on ne peut lui en vouloir.

Remontez dans le temps et retrouvez Papooz en plein décor de châteaux dans un clip toujours aussi décalé pour « Theatrical State of Mind ».

On termine avec une collaboration de choix entre Beck et Cage the Elephant sur « Night Running ». Le titres est à paraître sur le prochain opus de Cage The Elephant prévu le 19 avril.

Bonne écoute et bon week-end !

Wildweek #317

« Who Loves The Scum? », de The Growlers, bénéficie d’un très chouette clip featurant un escargot faisant du skate, à ne pas rater !

Vampire Weekend habille également leur titre « Harmony Hall » d’une vidéo à l’ambiance show culinaire étrange.

Stephen Malkmus revient en solo avec un nouveau single aux tendances psychédéliques et un clip à son image « Rushing the Acid Frat ».

Après Queen, on a le droit au trailer sur une de plus grandes figures de la pop britannique, Elton John.

Je vous retrouve dans un mois après mon retour de vacances.
Bonne écoute et bon week-end !

Wildweek #316

SOAK nous livre le morceau de la Saint-Valentin avec « Valentine Shmalentine ».

Et avec l’amour vient la peine et c’est du côté de Pépite que l’on aura notre dose avec le titre « Tant de peine ».

On retrouve le groupe dont on a le plus parlé en 2018, Superorganism, cette fois sur la BO du film Lego 2 avec « Hello Me & You », et oui…

Et si un jour à votre réveil, le monde avait oublié The Beatles à part vous, que se passerait-il ? C’est le pitch du nouveau film de Danny Boyle « Yesterday » dont vous pouvez découvrir le trailer ci-dessus.

Bonne écoute et bon week-end !