Beirut illumine son public au Grand Rex

Beirut en concert au Grand Rex à Paris le 5 avril 2019

Ce vendredi 5 avril fêtait le retour du groupe américain Beirut dans la ville lumière pour la sortie de leur nouvel album et 5ème opus « Gallipoli ».
Et la lumière tenait une place centrale ce soir là avec une scénographie épurée et intimiste en parfaite cohérence avec l’univers musicale de la bande à Zach Condon, Beirut. Les tapis persans et les ampoules sur pied diffusant une ambiance chaleureuse, le public était comme chez lui, assis au coin du feu.
En ce qui me concerne j’en suis à mon 3ème concert du groupe et je dois vous prévenir que Beirut fait parti de ces groupes pour lesquels j’ai un attachement tout particulier. Ne cherchez donc pas l’objectivité ou le recul dans ce petit témoignage. Après les avoir vu en concert intimiste au tournage de l’Album de la Semaine et à l’opposé au Zénith, je me faisais un plaisir de les retrouver au Grand Rex pour découvrir « Gallipoli » en live.
C’était d’ailleurs mon premier concert dans cette salle que j’associais plus au 7ème art qu’à la musique…
Installée en mezzanine au premier rang, j’avais une vue parfaite sur la scène. Si le public dans la fosse a essayé de se lever durant le concert, la sécurité les a rapidement rappelé à l’ordre. Cela peut être difficile et frustrant de rester parqué et assis pour ce type de musique et je me demande si Beirut reviendra dans ce type de salle pour cette raison.
Beirut Gallipoli 2019
En ce qui concerne « Gallipoli », le dernier opus renoue avec le coté expérimental et voyage musical. Et cela pour ma plus grande joie car c’était le principal reproche que j’avais avec « No No No » sorti en 2015. Des titres assez lisses et consensuels à mon goût. Le dernier opus, quant à lui, va explorer de nouveaux territoires plus électroniques sur certains titres. Et ça marche étonnamment bien tout en assurant une belle continuité avec la précédente discographie du groupe. Ce nouvel album s’inscrit comme l’évolution logique du style de Zach Condon, plus mature et assumé.
Le concert fut donc un vrai moment suspendu dans le temps. Le plaisir du public et du groupe s’entretenait mutuellement dans un bel échange vibrant. Et si les parisiens aiment se sentir spéciaux, ils ont été servis ce soir-là. Que ce soit par les mots échangés en français par Zach Condon et la présence de la famille du tromboniste, résident parisien, dans la salle.
Ne vous posez plus la question d’aller ou non voir Beirut en concert. Prenez rendez-vous ce printemps et cet été dans pas mal de festivals français et étrangers. Le groupe sera également de retour dans la capitale le 8 octobre prochain à la Salle Pleyel.

Setlist

When I Die
Varieties of Exile
No No No
Family Curse
Santa Fe
Fener
Postcards From Italy
The Shrew
The Peacock
Gallipoli
The Rip Tide
Landslide
Corfu
Scenic World
Light in the Atoll
Elephant Gun
Gauze für Zah
Coček
In the Mausoleum
Nantes

Un dernier verre (pour la route)
We Never Lived Here
The Gulag Orkestar