Metronomy fait salle comble 3 soirs de suite à l’Olympia !

Metronomy à l'Olympia le 16 octobre 2019

Depuis la sortie de leur troisième album « The English Rivera » , Metronomy est un groupe bien connu du grand public. La vitesse à laquelle les places se sont vendues pour leur deux dates à Paris en est témoin. Et c’est ce qui justifia l’ajout d’une troisième date et me permit de les voir en ce mercredi 16 octobre 2019 à l’Olympia.
Au-delà de leurs plus grands succès comme « The Bay » ou de leur dernier album, je suis loin de connaître très bien la production du groupe et c’était donc l’occasion de m’y plonger un peu plus en live.

Georgia

La soirée commence doucement avec en première partie Georgia venue elle aussi de Grande Bretagne. Seule sur scène pour son set, elle est venue présenter son nouvel album à paraître le 10 janvier prochain et intitulé « Seeking Thrills ».
Alors que le boulot d’une première partie est de chauffer un public qui n’est pas venu pour vous est une tâche difficile, Georgia releva le défi avec une facilité déconcertante. Les titres electro taillés pour le dancefloor et sa performance sont venus à bout de la froideur d’un début de soirée, et ce malgré l’accro technique.
Anecdote intéressante, Georgia fut la batteuse de Kate Tampest et sur scène elle fait justement les percussions et la voix avec une belle maîtrise. J’ai rarement était aussi ravie par une première partie et l’énergie de l’artiste m’a définitivement conquise.
On se donne donc rendez-vous début janvier pour commencer l’année sur un pied dansant avec Georgia !

Metronomy

Un peu plus de 30 minutes après la fin de la première partie qui mit en jambes le public, le groupe sur scène sans cérémonie. Metronomy, avec ses succès internationaux à la frontière de l’electro et de la pop, est là en cette soirée d’octobre pour son dernier album « Forever ».
La scénographie est très sobre ce soir, pas d’univers pop ou graphique à l’image des clips ou artwork du groupe. Côté scénographie, Metronomy se contentera du minimum et ça sera malheureusement la tendance générale de la soirée. Le groupe a revêtu des survêts coordonnés, qui peuvent rappeler Kraftwerk et un rideau irisé habille le fond de la scène et va refléter les couleurs des projecteurs sans grands jeux de lumières non plus.

Du côté musique, on retrouve les titres qui ont fait la renommée du groupe ainsi que les titres du dernier album. Personnellement j’ai littéralement adoré les titres comme « Insecurity » et sa guitare affirmée, « Wedding Bells » et son refrain au synthé mémorable, « Lately » qui donne envie de fredonner ou encore le déjà hit très sucré « Salted Caramel Ice Cream » qui clôturera la soirée.

Well, I think I’m in love ’cause

La voix de Joseph Mount ne fait pas de fausse note et honore chacun des titres, c’est d’ailleurs un des éléments que j’aime le plus chez ce groupe.
Malheureusement entre ces titres à succès, il faut bien remplir la setlist avec d’autres titres moins forts et même anecdotiques du groupe et c’est un des points où ça blesse. Les titres ont une tendance à la répétition comme sur « Lying Low » et presque automatique avec un manque de mélodie qui fait que les percussions prennent le pas comme avec un mauvais morceau d’électro et on s’ennuie. Le public semble d’ailleurs moins emporté qu’à la première partie et c’est dommage.
Les titres sont exécutés certes mais pas interprétés. Si le groupe est sympathique, on dirait qu’il économise son énergie pour le dernier soir à Paris. Sauf que ce soir c’est le dernier soir de ce public avec Metronomy.
Le choix minimaliste étrange de la scénographie, l’irrégularité de la setlist et l’économie du groupe me donne l’impression que la soirée ne décolle pas et au dernier titre, je reste sur ma faim. Je n’ai rien ressenti en termes d’émotion à l’Olympia avec Metronomy, et j’attends qu’un groupe de leur envergure communique plus que dodeliner de la tête.

Setlist

Wedding
Lately 

The Bay 

Whitsand Bay 

Everything Goes My Way 

Wedding Bells 

Corinne 

She Wants 

Insecurity

Reservoir 

Walking in the Dark 

Boy Racers 

Lying Low 

I'm Aquarius 

The End of You Too 

Old Skool 

The Look 

Love Letters 

Sex Emoji 


Upset My Girlfriend 

Radio Ladio 

Salted Caramel Ice Cream

Marble Arch en toute intimité à la Boule Noire

Marble Arch à la Boule noire le 4 octobre 2019

Cet article s’est un peu laissé désiré, mais je tenais vraiment à vous parler du concert de Marble Arch. Il s’est déroulé à la Boule Noire le 4 octobre dernier. Le groupe y jouait son 3ème concert du mois à l’occasion de la sortie de leur second album. « Children of the Slump » est paru le 22 mars dernier sur le label Géographie.
Marble Arch, mené par le leader et compositeur Yann le Razavet, délivre avec cet album des chansons plus pop aux mélodies riches et délicates. Les titres sont tantôt contemplatifs, tantôt fragiles mais également savent s’affirmer.

Si « Gold » est un vrai coup de coeur, avec ses guitares aux accents de The Cure, c’est loin d’être le seul titre fort de l’album. Au-delà de ma musique, j’avais aussi craqué pour l’univers visuel du groupe avec des clips à l’esthétique recherchée notamment pour la vidéo de Moonstruck.

Ce qui m’a le plus surprise durant le concert, c’est l’identité de chaque titre qui se différencie bien du précédent malgré une belle cohérence de l’album. Ce second album « Children of the Slump » n’est clairement pas un coup d’essai et démontre une belle maturité mélodique. Pour mon plus grand plaisir, les solos de guitare ne se font pas timides comme sur « Instant Love » ou « Today ». Et en ce sens cela me rappelle The Strokes, frissons inclus. C’est le genre de chansons que vous fredonnerez facilement tout au long de la journée.

Les guitares ne sont pas les seules à l’honneur et j’aime beaucoup la rythmique avec la batterie et la basse qui ne sont pas en reste. Encore une fois cela démontre la profondeur des titres. Marble Arch sait surprendre pour délivrer une nouvelle facette de la chanson comme avec le très beau « I’m on My Way » pour lequel il est difficile de rester insensible.

Si l’on devait trouver quelque chose à redire à cet album, c’est peut-être côté chant. La voix est éthérée mais je dirais un peu trop ce qui rend les paroles encore difficile à discerner et c’est dommage. Il y a eu également quelques fausses notes durant le concert mais qui seront, j’en suis certaine, effacées avec la pratique.

En tout cas cette soirée dans le cadre intimiste de la Boule Noire convenait parfaitement à Marble Arch. Le groupe a su conquérir le public, composé d’amis mais également déjà de fans…

Du côté du label Géographie, ce dernier commence fort pour sa première publication et on ne peut qu’attendre les prochains groupes et artistes qui seront signés !

Bref, vous l’aurez compris, Marble Arch est un groupe à suivre. Bonus, le groupe sera en concert au Plan à Ris-Orangis le 18 octobre, profitez-en pour ne pas les rater.

Wildweek #403

Alors que la saison 5 de Peaky Blinders vient de sortir, la BBC en profite pour inviter Snoop Dogg à reprendre le thème emblématique, « Red Right Hand », originellement par Nick Cave and the Bad Seeds. Le timing est parfait puisque le groupe a dévoilé leur nouvel album inattendu « Ghostseen » déjà en écoute.

Le canadien Caribou revient en grande forme avec « Home » développé sur la base d’un sample de Gloria Barnes et qui amorce peut-être un retour vers un son un peu plus pop.

Panda Bear a partagé une nouvelle vidéo accompagnant le titre « Playing the long game » et réalisée par Fernanda Pereira.

À ne pas rater c’est le documentaire proposé par la BBC et disponible sur Arte dédié à David Bowie. L’épisode produit par Francis Whately traite des 5 premières années de la carrière de l’artiste de 1965 à 1969.

Bonne écoute et bon week-end !

Wildweek #402

Mikal Cronin revient en force avec “I’ve Got Reason” tourné à la caméra thermique, avant la sortie de l’album « Seeker », attendu le 25 octobre. Mikal Cronin sera au Petit Bain, à Paris, le 22 février prochain.

Broken Bells, le duo formé par James Mercer (The Shins) et Brian Burton aka Danger Mouse, a dévoilé leur premier titre en un an intitulé « Good Luck ».

On arrête plus Big Thief, après « UFOF » sorti en mai dernier, un nouvel album intitulé « Two Hands » est prévu pour le 11 octobre. On peut déjà découvrir « Forgotten Eyes » en écoute.

Faites le plein de douceur et d’onirisme avec la découverte de Pictish Trail et du clip de « Slow Memories », animé par Davey Ferguson (aka Swatpaz). C’est le premier extrait de « Thumb World », prévu en février prochain.

Bonne écoute et bon week-end !

Wildweek #401

Superorganism remixe Hot Chip avec « Spell » et l’illustre d’un clip pour ceux qui n’ont pas froid aux yeux !

Marble Arch propose un très beau clip réalisé par Jeanne Lula Chauveau, qui ressemble à des souvenirs évanescents pour « Today ». Je retrouverais Marble Arch sur la scène de la Boule Noire, à Paris, le 4 octobre.

Temples dévoile le nouveau single « You’re either on something » avec son refrain entêtant et une vidéo réalisé par Sam Kinsella.

On termine tout en douceur avec le duo délicat de Mount Eerie et Julie Doiron avec “Love Without Possession” qui annonce la sortie d’un album collaboratif « Lost Wisdom Pt. 2 » le 8 novembre prochain.

Bonne écoute et bon week-end !

Wildweek #400

Cette semaine j’ai craqué pour le titre efficace de Saint DX (ex Apes & Horses) « Prime of your life », avec son chouette clip réalisé par David Luraschi. Le premier EP est prévu pour le 8 novembre prochain.

Wilco fait une partie de cache cache à Chicago pour la vidéo de « Everyone Hides ». Vous pourrez retrouver Wilco en concert le 22 septembre au Trianon à Paris.

Baden Baden est de retour avec un clip tourné à Paris cette fois pour illustrer « Beach ». Le nouvel album « La nuit devant » est prévu pour le 4 octobre et un concert le 27 février 2020 à la Maroquinerie.

Pour bien démarrer le week-end, je vous propose de découvrir le groupe français FAIRE et son titre dansant « Oh Martha ».

Bonne écoute et bon week-end !

Wildweek #339

La rentrée est là avec une véritable avalanche de clips et de titres ! La palme du clip revient, sans aucune hésitation ici, au supergroupe l’Épée (Emmanuelle Seigner, Lionel et Marie des Limiñanas, Anton Newcombe) pour le titre « Springfield 61 » et réalisé par Sylvain Rusques.

Thurston Moore nous fait cadeau d’une reprise acoustique qui file la chair de poule avec « Leave Me Alone » de New Order. Le titre fera partie d’une série de 45 tours qui sortiront le 8 novembre. Enfin, Thurston Moore sera au Trabendo à Paris le 22 octobre prochain.

The Big Moon dévoilent le titre « Your Light » et la date de sortie de leur deuxième album, « Walking Like We Do », en janvier 2020.

L’album d’Angèle fait partie de mes coups de coeur 2018 et on peut désormais apprécier le titre de clôture « Flou » illustré par des images personnelles.

Bonne écoute et bon week-end !

Wildweek #338

SebastiAn revient en force avec « Better Now » en collaboration avec Mayer Hawthorne. L’album est prévu le 8 novembre et se dote d’un magnifique artwork signé Jean-Baptiste Mondino.

Hot Chip vient de dévoiler le clip de « Bath Full of Ecstasy » en hommage aux jeux vidéos et réalisé par Olivier Payne.

Continuez votre évasion visuelle et sonore avec l’univers de Vanishing Twin, la poétique découverte de la semaine, et leur titre « You are not an island ».

C’est la fin de semaine et c’est le karaoké time avec le dernier clip de Metronomy pour « Wedding Bells ».

Bonne écoute et bon week-end !

Wildweek #337

Coup de coeur pour la découverte de King Princess et de son single irrésistible « Prophet » extrait du premier album à paraître « Cheap Queen ». C’est également la première signature du label Zelig Records avec Mark Ronson aux commandes, prometteur.

Le quatuor anglais de Bombay Bicycle Club est enfin de retour avec « Eat, Sleep Wake (Nothing But You) ». Pas d’annonce supplémentaire pour le moment, mais ça motive pour la rentrée !

Le clip à ne pas rater c’est celui de Corridor pour « Topographe ». Les montréalais nous offre un petit bijou réalisé par Jonathan Robert, un des membres du groupe ! L’album « Junior » est prévu, lui, pour le 18 octobre prochain sur le label Sub Pop.

Ont ermine la semaine en apesanteur avec Cigarettes After Sex qui présente leur nouvel album « Cry » à paraître le 25 octobre et dévoile un premier titre « Heavenly ».

Bonne écoute et bon week-end !

Wildweek #336

Mikal Cronin annonce un nouvel album intitulé « Seeker », un nouvel album attendu le 25 octobre chez Merge Records, et en profite pour dévoiler le premier extrait « Show Me ». Il sera également en concert au Petit Bain le 22 février prochain.

Coup de coeur pour la savoureuse pépite pop Clairo et son titre « Sofia » extrait de son premier album qui a reçu la collaboration de Rostam, rien que ça…

The New Pornographers publieront leur 8ème album, « Dubbed In the Morse Code of Brake Lights », le 27 septembre prochain. Découvrez dès maintenant en écoute le titre « Falling Down the Stairs of Your Smile ».

On termine avec légèreté grâce au dernier titre de Razorlight « Cops And Robbers », qui se dote d’une vidéo réalisée par Remy Holwick.

Bonne écoute et bon week-end !