« V » The Horrors

The Horrors "V" 2017

Ok c’est la rentrée et ça se ressent particulièrement avec les sorties d’album. Si de grands noms incontournables ont sorti des albums tout autant incontournables, ici je pense à LCD SoundSystem et son « American Dream » particulièrement réussi, ça me semblait un peut trop évident. C’est pourquoi je vais aborder le retour d’un autre groupe anglais The Horrors avec leur 5ème opus nommé « V ».
Pour être transparente, c’est un groupe que j’avais un peu délaissé ces dernières années entre « Skying » et « Luminous ». Mais 2017 marquera un tournant dans la discographie du groupe. On commence avec un titre d’ouverture, « Hologram », qui fait comme un pont communiquant entre le précédent et le nouvel album avec ces airs de grandeur et son ambition affichée. Mais le son et notamment l’électronique qui va mener l’album du début à la fin, donne une vraie profondeur et noirceur que recherche The Horrors. Rassurez-vous, les guitares restent présentes et auront la part belle sur « Machine » notamment.
En tout cas une chose que vous ne pourrez pas manquer de remarquer, c’est le chant de Faris Badwan, qui dans cet opus, se fait bien plus présent et fort, ce qui est relativement nouveau. On est pas encore dans la prestation parfaite car ce dernier a besoin de gagner en profondeur et prise de risque mais on est loin de l’interprétation parfois plate des précédents albums.

Le titre ci-dessus « Something To Remember Me By » est un des premiers en single et pourtant est peut-être celui qui reflète le moins l’album dans son ensemble bien qu’efficace. Si on ne peut pas dire que « V » de The Horrors contient des hits, les titres et leur mélodies ne vous laisseront pas indifférent avec de jolies subtilités. Pour information on retrouve à la production Paul Epworth, qui a travaillé avec Adèle et Coldplay mais sans oublier Bloc Party ou Babyshambles…
Donc « V » n’est pas un album dansant, ni un album qui vous permettra de vous défouler mais qui cherche plutôt à hypnotiser. C’est ainsi que je l’ai ressenti et la cohérence entre les différents titres vous transporte dans une bulle sonore bien agréable. Si il y a donc de vrais moments en apesanteur comme sur « Ghost », le groupe sait ramener l’auditeur au sol sans jamais le perdre en route.

It’s the right place, wrong time
Through this two-way mirror
No sign of life
The point of no reply

La force de cet album réside dans les ballades telles que « Point of no Reply » ou encore mon coup de coeur avec « Weighed Down » où la voix de Faris Badwan le transforme en crooner de son temps.
Avec « V » The Horrors prennent une nouvelle direction surprenante mais prometteuse et on ne peut qu’attendre ce que le groupe nous réserve pour la suite !