« Singin’in the rain » sous la nef du Grand Palais

"Singin'in the Rain" au Grand Palais par le Théâtre du Châtelet 2017

La semaine dernière j’ai fais l’expérience du soirée magique sous la nef du Grand Palais pour découvrir le spectacle de « Singin’in the Rain » par le Théâtre du Châtelet.
Si je suis une grande amatrice de comédies musicales classiques (« An Americain in Paris », « Mary Poppins », « The Rocky Horror Picture Show »…) et notamment de Gene Kelly, il n’en était pas de même pour la personne qui m’accompagnait… Cependant je ne pouvais pas rater le spectacle monté en 2015 et qui revient en 2017/2018 dans l’enceinte majestueuse du Grand Palais.

L’histoire de Singin’in the Rain

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec l’intrigue, celle-ci se situe à l’émergence du cinéma parlant où deux époques se percutent par une avancée technologique qui ouvre de nouvelles possibilités créatrices et artistiques. On y suit une star du cinéma muet formant un duo à l’écran avec sa co-star pour laquelle le passage au parlant ne se passera pas en douceur, du à une voix particulière… Forcés de transformer leur prochaine production en film parlant, ils se heurteront aux nouveaux challenges techniques et créatifs. Ici difficile de reprendre son souffle tant l’histoire défile à toute allure. La performance des acteurs est impressionnante et la magie opère car elle a l’apparence du naturel et de la simplicité…

La mise en scène

"Singin In the Rain" au Grand Palais, cours de claquettesVéritable défi technique, l’occupation du Grand Palais pour ces 45 représentations a du être optimisée pour de nombreux aspects. Acoustique, installation de la scène et de ses 2500 places assises, occupation de l’espace avec diverses activités proposées : cours de claquettes, photo dans les décors, maquillage, karaoké et j’en passe. Autant vous dire que pour profiter pleinement de l’expérience, je ne saurais trop vous recommander d’arriver sur place bien avant l’heure du spectacle.
En ce qui concerne le décor du spectacle, le contexte des studios de cinéma ou de la salle de cinéma permettent une mise en abîme remarquable et parfaitement exploitée pour transporter le spectateur. Les changements de décor font partie de l’histoire et appuient le propos et l’exercice artistique afin d’établir une vraie complicité avec le public, c’est un des points forts du spectacle. Pour pousser l’exercice plus loin, l’attention et le jeu porté sur le son est remarquable ainsi que l’éclairage qui est d’un respect incontestable pour l’oeuvre originale, les fans apprécieront.

En bref

Je n’en suis pas à mon premier essai pour des grands classiques du genre mis en scène par le Théâtre du Châtelet, car j’avais eu la chance de voir « West Side Story » dans les murs du théâtre actuellement en rénovation. Cependant l’histoire de « Singin’in the Rain » en elle-même se prête parfaitement à une mise en scène théâtrale qui permet d’élever encore l’oeuvre. Si vous devez commencer par une comédie musicale, je dirais que « Singin’in the Rain » est la mieux placée pour cela, avec un spectacle parfaitement orchestré et très accessible. Vous savez ce qui vous reste à faire !