Rock en Seine 2017, Jour 3

The XX Rock en Seine 2017

La dernière journée de Rock en Seine 2017 débute déjà, mais heureusement une sacrée liste de concerts m’attend !
Pour commencer du bon pied, rendez-vous sur la Grande Scène afin d’accueillir King Khan and the Shrines. Peu de monde est présent et pourtant le roi Khan réserve un show décalé dont je profite à l’ombre salutaire de la scène. Entre costumes, énergie débordante, des titres oscillant entre soul, garage, pop et autres influences, on ne voit pas le temps passer.
Car Seat Headrest Rock en Seine 2017Pour ne pas manquer le prodige Will Toledo au sein du groupe Car Seat Headrest, direction scène de la Cascade sous le soleil écrasant de l’après-midi. Entre une balance plus que moyenne, une voix inexistante et l’attitude renfermée de Will Toledo, on est bien loin de ce à quoi je m’attendais. Dommage car on entraperçoit malgré tout le potentiel avec l’irrésistible « Drunk Drivers/Killer Whales ». Et puis ce n’est pas parce qu’une corde pète sur la dernière chanson, qu’on doit manquer de respect au public en quittant furieusement la scène tel Liam Gallagher.

Puis un nouvel aller-retour sur la Grande Scène et la Cascade pour profiter dans un premier temps du groupe français Deluxe. Un vrai moment de fun qui réussira à faire bouger la foule feignante de ce dimanche. Puis un aperçu de Ty Segall qui investit pour la seconde fois, la scène de la Cascade pour un déballage de guitares enragées.
Mac DeMarco Rock en Seine 2017
Enfin direction de nouveau la Grande Scène pour le deuxième artiste de cet édition Rock en Seine 2017 que je ne voulais pas manquer, le trublion Mac DeMarco. Autant dire qu’il a fait honneur à sa réputation de joyeux branleur avec une bonne humeur communicative, des synthés enveloppants et des notes de guitares insouciantes.

Il fera une blague de près de 10 minutes sur une reprise de Vanessa Carlton « A Thousand Miles » en chantant « Making my way Downton » en boucle, le tout en menant par le bout du nez le public, oui oui… Juste pour le plaisir je mets le titre que vous connaissez très certainement ci-dessus ! Passée la blague, le personnage est très sympathique n’hésitant pas à aller au contact de ses fans et à les accueillir sur scène. Cet aperçu me donne vraiment envie de le voir en concert « long format » et ça tombe bien, il sera à l’Olympia le 14 novembre. En espérant qu’il sera un peu plus occupé à jouer les titres qu’à se jouer de son auditoire.
The Lemon Twigs Rock en Seine 2017La surprise de la journée, ça reste les new-yorkais de The Lemon Twigs sur la scène de l’Industrie avec les frères D’Addario, déjantés et littéralement élastiques Brian et Michael. Non seulement l’énergie déployée sur scène est incroyable mais les deux frères échangent d’instruments comme de chemises, passant de la batterie au chant à la guitare et j’en passe. La logique derrière cette dynamique est que celui qui compose le titre l’interprète sur scène, tandis que l’autre se place à la batterie. Le duo fonctionne à merveille et le set oscille entre 60’s et 70’s et par cela me rappelle les Foxygen vu cette année. Les voix s’accordent particulièrement bien aidées par Danny Ayala notamment sur « These Words ». Clairement la prestation à ne pas manquer si vous en avez l’occasion !

Après cette débauche d’acrobaties et de guitares virevoltantes, me voici sur la scène du Bosquet pour faire la connaissance avec Slowdive, groupe formé en 1989 tout de même. C’est un changement d’ambiance un peu violent entre les deux performances et malheureusement la balance étouffait la voix de Rachel Goswell. Si personnellement je n’ai pas été transportée, le public lui clairement l’a été.

Enfin cette édition Rock en Seine 2017 se clôture avec le trio de The XX. Pour ne pas déroger à la règle, encore un problème de balance pour cette dernière prestation avec des basses écrasantes. Malgré tout The XX fait passer un bon moment et leur musique minimaliste installe l’ambiance dès les premières notes de « Intro ». Là où on pouvait leur reprocher de paraître froids et distants, en live c’est plutôt une sincère timidité qui transparaît. On obtient une prestation touchante et un vrai moment privilégié avec le groupe. La dynamique sur scène est intéressante avec le bassiste Oliver Sim et la guitariste Romy Madley Croft, tous deux chanteurs échangent et se répondent avec une belle harmonie de voix. Jamie XX lui, veille du haut de ses claviers et assure l’ambiance électro du show jusqu’à transformer l’espace de la grande scène en boîte de nuit géante.
En tout cas pari remporté cette année, avec une programmation peut-être plus modeste mais de qualité et qui a permis de renouer avec cette ambiance relaxe de festival.
À l’année prochaine pour la prochaine édition peut-être !