« Painted Ruins » Grizzly Bear

Grizzly Bear "Painted Ruins" 2017

Après 5 ans d’attente, le groupe originaire de Brooklyn, Grizzly Bear, revient avec un nouvel opus intitulé « Painted Ruins ». Alors ce nouvel album sera-t-il à la hauteur ?
Pour ceux qui ne connaisse pas Grizzly Bear, il est nécessaire d’introduire un peu le groupe. Alors oui vous les connaissez et très probablement pour ce titre et son intro « Two weeks » ci-dessous.

On classe généralement le groupe en tant que pop-rock indépendant, expérimental et on ira même des fois à les qualifier de psychédélique. Vous l’aurez compris, lorsque vous embarquez dans l’écoute d’un album de Grizzly Bear, c’est pour un voyage sonore qui ne vous laissera pas indemne.
L’approche de leur musique peu parfois être déconcertante mais il ne faut absolument pas baisser les bras à la première écoute. Ils font partie de ces groupes pour lesquels, la richesse de leur musique se dévoile au fur et à mesure des écoutes comme s’il fallait en quelque sorte l’apprivoiser.
Une des chansons les plus faciles d’accès est le dernier single paru, « Mourning Sound » dont le clip est habité par une poétique Clémence Poésy. Ce titre s’il n’est pas non plus taillé pour les hits de radio vous fera approcher leur musique de manière douce.

Mais l’important c’est de prendre son temps et d’écouter. Si Grizzly Bear ne révolutionne pas son style, on note une légère évolution avec une présence plus forte de synthés. Enveloppant certains titres d’une atmosphère de rêverie impalpable comme sur « Losing All Sense » qui démarre de manière plutôt conventionnelle pour s’évader.
« Aquarian » fait également partie des titres phares de « Painted Ruins » avec un rythme d’intro qui m’a rappelé la violence des vagues.

« Great disaster, shocking sight
Scream and run or test your might
Every moment brings a bitter choice
The knowledge you can’t win with what remains »

Sans essayer de saisir le sens des paroles, j’ai plutôt tendance à me laisser envahir par l’ambiance développée au fil des titres. Et si l’on peut leurs reprocher de ne pas être faciles d’accès, certains titres émergeront tout de même du lot. En tout cas je suis curieuse de voir ce que le groupe donne sur scène, et ils seront dans une des salles les plus prestigieuses de la capitale, l’Olympia le 16 octobre prochain.