Wildweek #294

Après de multiples collaborations ici et là, Rostam revient avec un single intitulé « In a River ».

Gorillaz dévoile le clip du titre « Tranz » paru sur l’album sorti cette année « THE NOW NOW ».

Beach House y va également de son clip pour cette fois le titre « Drunk in LA ».
On en profite aussi pour savourer la session Spotify Singles des Arctic Monkeys avec un très belle interprétation de « Four Out Of Five » et également la reprise de Stephen Fretwell « -« .

On termine avec une jolie découverte de Ébbène et son « Barcelone ».

Bon week-end et bonne écoute !

Wildweek #293

Rone nous fait démarrer la rentrée en douceur avec un joli clip qui revisite « Mirapolis », réalisé par l’illustratrice Aurélie Castex qui n’est ni plus ni moins que sa soeur.

Alors que le premier opus de Parcels arrive le 12 octobre prochain, on peut déjà découvrir le clip de « Lightenup ».

Thom Yorke a dévoilé le premier extrait de la BO du film « Suspira » de Luca Guadagnino, avec le titre « Suspirium » en écoute.

Et puis on termine avec un titre de Childish Gambino qui porte bien son nom « Feels like summer » et illustré par Justin Richburg.
Bon week-end et bonne écoute !

Wildweek #292

Spiritualized, 'And Nothing Hurt'Pour se donner du courage pour la rentrée, Spiritualized vient à votre secours avec en écoute en avant-première leur dernier album « And Nothing Hurt » sur NPR.

Annonce fracassante avec Razorlight qui revient avec un nouvel album « Olympus Sleeping » le 26 octobre prochain ! En attendant vous pouvez patienter avec déjà 3 titres en écoute dont le titre éponyme ci-dessus, « Japanrock » et « Got To Let The Good Times Back Into Your Life ».

Coup de coeur pour la reprise toute en douceur par Mac DeMarco d’un titre du japonais Haruomi Hosono, « Honey Moon ».

On termine par la merveilleuse reprise par Sharon Van Etten d’un des plus beaux titres de LCD Soundsystem « New York, I Love You But You’re Bringing Me Down » accompagnée par the Heritage Orchestra.
Bon week-end et bonne écoute !

Wildweek #291

Si l’on pleure la disparition d’Aretha Franklin, on revisite également l’héritage musical qu’elle nous a laissé. Et ici on peut remercie Alicia Keys pour son interprétation de « Natural Woman ».

Christine and The Queens continue à faire parler d’elle et cette fois-ci c’est en dévoilant la très belle vidéo de « 5 dollars » réalisée par Colin Solal Cardo et produit par la Blogothèque. Plus qu’un mois à patienter pour la sortie de « Chris ».

On découvre un second extrait du prochain album de Villagers avec un clip imaginatif pour « Fool ».

Et on termine en compagnie d’Iron & Wine et leur folk délicate notamment avec « Waves of Galveston ».

Bonne écoute et bon week-end !

Wildweek #290

Ne ratez pas cette semaine, la session magique d’Erykah Badu au Tiny Desk Concert. Et si vous ne connaissez pas, c’est le moment parfait pour découvrir !

Connan Mockasin annonce un nouvel album « Jassbusters » et même un album concept accompagné d’un film autour de personnages de fiction. On peut déjà découvrir « Con Conn Was Impatient ».

On retrouve le duo de Big Red Machine (Aaron Dessner et Justin Vernon) pour deux titres à découvrir, « I Won’t Run From It » ci-dessus et « Deep Green ». Ces titres font partie du premier album à paraître le 31 août prochain.

Et puis on termine avec le trailer de « Juliet, Naked » avec Rose Byrne et Ethan Hawke, dans lequel ce dernier joue une rock star recluse. Pour paraître plus crédible Ethan Hawke va interpréter des titres de réelles rock star telles que Conor Oberst, Ryan Adams, M. Ward, Robyn Hitchcock ou une reprise des Kinks à découvrir en écoute ci-dessous.

Bon wee-end et bonne écoute !

Wildweek #289

The Dodos sont de retour avec un 7ème opus prévu pour octobre « Certainty Waves ». En attendant on peut déjà se glisser dans l’oreille un premier extrait « Forum ».

Arte Concert nous propose un documentaire sur Freddy Mercury, leader de Queen, à ne pas rater !

On en profite également pour faire du rattrapage de festival avec MGMT aux Days Off Festival !

On termine en beauté avec Teleman avec un inédit « Song For A Seagull » de l’album à paraître le moins prochain.

Bon week-end et bonne écoute !

Hubert Mounier nous fait voyager avec L’Affaire Louis’ Trio

Benjamin Biolay hommage à Hubert Mounier, L'Affaire Louis' Trio aux Nuits de Fourvières 2018

Par un heureux hasard, j’ai appris l’organisation d’une soirée hommage à Hubert Mounier. Connu pour avoir été le leader du groupe français des années 90, L’Affaire Louis’ Trio, qui stimula les oreilles et l’imagination d’une génération, et qui nous a quitté il y a de ça 2 ans.
C’est l’occasion de repartir en voyage avec l’interprétation intégrale de “Mobilis in Mobile”, le quatrième album des lyonnais.
“Mobilis in Mobile” est comme un recueil inspiré des romans de Jules Verne mis en poésie et en musique par l’incroyable talent de cet auteur-compositeur et interprète dont trop peu se souviennent. Des textes qui m’ont fait aimé passionnément la langue française en la rendant ludique et enchanteresse.

“Quand les vérités sont trop lasses
Pour douter du temps qui passe
D’autres ont déjà pris leur place
Alors elles s’effacent
Quand les vérités sont banales
Elles s’étalent dans le journal
Il vaut mieux tourner la page
Partir en voyage”

Mais on ne peut parler de L’affaire Louis’ Trio sans évoquer les mélodies redoutablement efficaces mais toute en nuances ou encore de la voix inoubliable d’Hubert Mounier qui donnait une profondeur supplémentaire à ses interprétations.
Vous l’aurez compris, tient une place toute particulière dans mon panthéon personnel des artistes illustres.
De toute la carrière du groupe, “Mobilis in Mobile” reste l’opus le plus rock du groupe avec des orchestrations plus énergiques et ambitieuses et qui s’éloignent de l’aspect pop très édulcoré des premiers titres comme “Chic Planète”. Des 5 albums du groupe, les 3 derniers sont pour moi les incontournables et ceux qui ont le mieux vécu le passage du temps avec “Sans Légende” paru en 1990, “Mobilis in Mobile” en 1992 et “L’Homme aux Mille Vies” en 1995.
Voici une sélection des titres phares de Mobilis in Mobile :
– Le Capitaine
– Le Soleil Est Là
– Mobilis In Mobile
– Pas Besoin De Parler
– Champ D’Honneur
– Les Filles De La Chance
– Loin

Mais ce soir là n’étais pas uniquement au sujet de L’Affaire Louis’ Trio, mais c’était un hommage avec pour maître de soirée Benjamin Biolay, ami proche et disciple d’Hubert Mounier. On sera également accompagné de Pascal Obispo, Kent, Karen Brunon, Vincent Mounier, et de proches collaborateurs. N’étant pas forcément amatrice de ces artistes, j’étais un peu craintive à l’idée de leur interprétation mais je devais tenter ma chance car ça n’est pas une occasion qui se reproduirait d’ici peu.
Quant à la scène, elle faisait écho à la pochette de l’album avec les éléments de décor d’époque prêtés par Gaëlle Mounier qui a également contribué à préparer la soirée. On félicitera d’ailleurs la présence des cordes du conservatoire de Lyon pour rendre honneur à la richesse de l’instrumentalisation de l’album.…

“Hubert est un des auteurs-compositeurs-interprètes les plus sous-estimés de la musique française. D’autres que moi l’ont dit, Alain Souchon par exemple. » Biolay

Seulement demander à des artistes de variété française d’interpréter “Mobilis in Mobile”, c’est également d’attendre d’eux beaucoup, peut-être tôt pour ressentir l’énergie et la passion des aventuriers qui peuplent les chapitres de l’album. Et la fougue, est justement ce qui manque ce soir là, et le titre phare “Le Capitaine” censé ouvrir la danse, sonne comme un pétard mouillé. Comme un lointain écho d’un espoir et d’une excitation d’enfance déçue.
Je patiente donc titre après titre pour que la magie opère et que le show s’envole. Je serre des dents sur “Mobilis in Mobile” qui joue avec les auditeurs comme la houle des vagues avec nos sentiments. Malheureusement l’interprétation est timorée si ce n’est feignante parfois.
Avec l’arrivée de “Le lit d’Hélène” la troupe s’en sort mieux tout de suite beaucoup mieux, retombant dans l’interprétation pop plus classique. Et c’est à ce moment que je lâche prise sur l’attente rock, et me laisser aller à apprécier le moment unique et émouvant dans le cadre magique de l’amphithéâtre romain des Nuits de Fourvières. L’émotion est bien présente avec le magique “Loin” par un Pascal Obispo étonnamment sobre dans son interprétation.
Alors que la nuit est pleinement tombée parmi les ruines gallo-romaines, la troupe reviendra pour poursuivre avec d’autres titres phares de la carrière de l’artiste comme un double cadeau offert au public.

La soirée laissera un sentiment doux-amer et nous donnera envie de se replonger dans les albums et de prendre rendez-vous pour le festival l’année prochaine et son cadre unique !

Setlist

Benjamin Biolay
Ballade française
Novembre toute l'année
Ton héritage
Dans la Merco Benz
La Superbe

L'Affaire Louis' Trio
Le Capitaine (Pascal Obispo)
Le soleil est là (Kent)
Mobilis in mobile (Pascal Obispo)
Pas besoin de parler
Champ d’honneur
Vers des jours meilleurs (Vincent Mounier / Karl Niagara)
Le Lit d’Hélène (Karen Brunon)
Les Filles de la chance
Loin (Pascal Obispo)
Plus d'ailes
La mer est encore là
Miravalse
Samedi 22 octobre 4004 av. J.C.
Les éléphants sont contagieux
Chanson à boire
Viens avec moi
La Dernière Heure

Voyager léger (Hubert Mounier cover)
Succès de larmes
Nelson (Hubert Mounier cover)
Chacun de son côté
Tout mais pas ça

Chic planète

Wildweek #288

Bien que n’étant pas fan de The Killers, ici Brandon Flowers nous offre une interprétation émouvante de « When you were young ». Titre de 2006, beau clin d’oeil pour la sortie d’un coffret retraçant la carrière du groupe.

Jungle revient avec un titre comme on les aime et dansant à souhait « Heavy, California » illustré par un clip non moins dansant et très beau.

Coup de coeur pour la découverte de The Vryll Society qui dévoile un single « Course Of The Satellite » extrait de leur premier album à paraître le 10 août prochain. Le rendez-vous est pris !

On ralentit la cadence en compagnie de Michael Rault et de son « New Day Tonight », parfaite bande son pour ces jours à la chaleur écrasante…

Bonne écoute et bon week-end !

Wildweek #287

Parce que la température de ces derniers jours nous met à rude épreuve, on se rafraîchit en compagnie de Parcels et de leur délicieux titre « Bemyself ». Vous pouvez tenter de les voir dans les festivals cet été notamment au Cabaret Vert le 23 août, Rock En Seine le 24 août, et Touquet Music Beach Festival le 25 août.

Idles nous offre un nouveau titre engagé traitant de la masculinité et ça marche, sur fond d’images d’archive pour « SAMARITANS » !

Fleet Foxes dévoilent un court métrage pour le titre tout en délicatesse “If You Need To, Keep Time On Me” avec un clip émouvant réalisé par le chorégraphe Ryan Heffington jouant également le personnage principal.

Les Arctic Monkeys sont partout, mais je ne pouvais pas résister à l’envie de partager leur cover de « Is this it », titre incontournable de leurs idoles The Strokes.

Bon week-end et bonne écoute !

Wildweek #286

Attention ovni à ne pas manquer ! C’est Sen Morimoto qui nous propose un titre à la croisée des genres, alliant jazz et rap pour un résultat fascinant sur « People Watching ».

Jolie découverte avec le titre de Madeline Kenney « Cut me off », 1er extrait du prochain album annoncé pour le 5 octobre prochain.

Interpol nous propose une vidéo pour le titre « The Rover » extrait du nouvel album « Marauder » annoncé le mois dernier lors d’une conférence de presse. Cette même conférence de presse qui sert de décor et mise en scène pour le clip ci-dessus, malin !

The Horrors dévoile une vidéo troublante pour le titre « Ghost » à redécouvrir.

Bonne écoute et bon week-end !