« Hang » Foxygen

"Hang" Foxygen 2017

Ce mois de janvier bien froid nous aura apporté des nouvelles pas si joyeuses, commençant cette nouvelle année en demi teinte. C’est pourquoi je me suis tournée vers le groupe américain, les extravagants Foxygen et leur 3ème opus « Hang » sorti le 20 janvier.

Alors que le duo, formé de Jonathan Rado et Sam France, inquiétait ses fans avec des rumeurs de ruptures, il revient sur le devant de la scène avec un orchestre symphonique de 40 musiciens guidés par ni plus ni moins que Matthew E. White. L’album fait les yeux doux aux années 70 et nous surprendra de titre en titre tout en y rendant un joli hommage. Le tout accompagné d’une orchestration ambitieuse et flamboyante et par la contribution du multi-instrumentaliste des Flaming Lips, Steven Drozd.

L’album commence avec une ouverture entraînante « Follow the leader », sans être éblouissant, ce morceau pop invite l’auditeur à se laisser aller. On poursuit l’écoute avec un titre bien plus plaisant « Avalon » qui joue avec les codes, et un clin d’œil assumé au « Waterloo » de ABBA. Le titre pourrait même faire partie d’un spectacle par son aspect grandiloquent. Lors de l’écoute de « Hang » de Foxygen, on peut parfois regretter la demande d’attention constante des titres sophistiqués, c’est alors que le titre « On Lankershim » vient à point nommé avec sa simplicité efficace.

Très vitre on renoue avec la fantaisie du duo Foxygen avec « Upon a hill ».

« I sit upon a hill
And through the windowsill, she slowly sings a song for me
And in her eyes, hands me my disguise
And served upon a plate, my heart will slowly rot and die and just be buried in the streams »

Pour ce dernier album, le Foxygen étale son ambition et on espère vraiment qu’ils resteront pour apporter leur exhubérance et folie, qui fait quelque fois défaut au paysage musical d’aujourd’hui. En tout cas vu la réputation sulfureuse du duo, ça sera un groupe à ne pas manquer sur scène en 2017, et justement, ils seront en concert au Trabendo le 25 février prochain.