Beck @ la Cité de la Musique

Beck Festival Days Off 2013 Cité de la Musique

Le festival Days Off marque le retour de Beck à Paris après 5 ans d’absence pour un solo acoustique très attendu.
Avec une dégaine juvénile, on retrouve un Beck toujours égal à lui-même comme si les années coulaient sur lui sans altérer le personnage. On note pourtant un air de maturité et la petite famille qui l’accompagne avec visiblement un fils prêt à prendre la relève sur scène !

Avec un public assis confortablement dans les sièges installés pour l’occasion par la Cité de la Musique, Beck n’a pas de meilleures conditions pour avoir l’oreille attentive de son auditoire, peut-être pas toujours pour son bien.
De la génération fin 80, je ne connais de Beck que le titre culte « Loser » qu’il évitera toute la soirée, l’artiste étant aujourd’hui bien loin de cette image de rebelle rock.
C’est en toute simplicité qu’il monte sur scène et salue son public, accompagné seulement d’un pianiste et un bassiste. On aura droit à des anciens titres, à des medleys, certains assez incongrus comme la reprise de Michael Jackson.
Pour ma part j’ai été très émue sur les titres « Everybody’s got to learn sometime » et « Love », ce dernier de John Lennon, dont la pureté de la mélodie et l’épuration correspondent parfaitement au style du monsieur.Beck @ Cité de la Musique Festival Days Off 2013Si le spectacle fut plaisant avec de jolies surprises comme l’apparition de la moitié de Air, Nicolas Godin au piano, ou de la voix frêle de Charlotte Gainsbourg, ce n’était pas à la hauteur de sa réputation.
Si j’apprécie le naturel et la spontanéité en concert, j’en apprécie un peu moins les fausses notes répétitives et les départs ratés successifs de chansons. Entre le naturel et l’approximation il y a une réelle différence, comme celle d’un artiste qui maîtrise son show et celui qui n’a pas fait l’effort de répéter ses morceaux.

Si au final je suis contente d’avoir assisté au spectacle, je note que comme beaucoup de personnes ce soir-là, j’ai acheté ma place pour voir un artiste se planter dans plus de la moitié de ses chansons, c’est dommage et non professionnel. Enfin on notera le manque d’originalité et de fantaisie dans sa setlist et ses invités, alors que Beck avait une sorte de Carte blanche très attendue pour ce festival Days Off 2013.

Setlist

The Golden Age
Lost Cause
Jack-Ass
O Maria
Dead Melodies
Everybody's Got to Learn Sometime (The Korgis cover)
Don't Act Like Your Heart Isn't Hard
Pay No Mind (Snoozer)
Devil's Haircut / Where It's At
Hollow Log
Rowboat
One Foot in the Grave
He's a Mighty Good Leader (Skip James cover)
Love (John Lennon cover)


Modern Guilt
Asshole
It's All in Your Mind
Sissyneck
Billie Jean / Get It On (Michael Jackson cover)


Sunday Morning (The Velvet Underground cover) (feat. Nicolas Godin)
Heaven Can Wait (Charlotte Gainsbourg cover) (feat. Charlotte Gainsbourg)
Gamma Ray