Arctic Monkeys grandioses au Zénith de la Villette

Arctic Monkeys au Zénith de Paris 2018

On retrouve donc ce soir les 4 gars de Sheffield, les Arctic Monkeys venus défendre sur scène leur nouvel album tout juste sorti « Tranquility Base Hotel & Casino ». Album faisant déjà beaucoup parlé de lui, bousculant les attentes des fans et des critiques et ne cédant rien à la facilité, et ce, même si le succès leur colle au basques !
On se retrouve donc au Zénith de Paris où la foule se presse déjà bien avant l’ouverture des portes, l’excitation est palpable. Une fois à l’intérieur, en jetant un coup d’oeil aux goodies et à la scène, la sobriété est de mise. Renommé pour l’occasion « Monkeys », c’est uniquement cet élément en typographie aux empattements fins et avec ses jolis pleins et déliés qui revêtiront le merchandising et l’habillage de la salle. Le groupe n’a plus à faire ses preuves et est rentré dans le panthéon des groupes de rock immanquables, la classe sans s’afficher.
En ce qui concerne la première partie, c’est Cameron Avery, bassiste de Tame Impala qui lance les hostilités. Le monsieur avec sa stature imposante et son attitude essaye de prouver qu’il a du charisme devant le public du Zénith de Paris. Cependant les titres mielleux et sans réelle envergure se succèdent, heureusement le dernier morceau sera illuminé par la prestation à la batterie.
On passe très vite aux choses sérieuses avec une salle archi comble pour les Arctic Monkeys ou plutôt les Monkeys comme je devrais les appeler. Accompagnés de Cameron Avery et de Tyler Parkford des Mini Mansions, le groupe fait son arrivée tant attendue sur scène.
Arctic Monkeys en concert à Paris 30 mai 2018 Le set commence par le single du dernier album « Four out of Five » et donne une belle claque avec le classique « Brianstorm ». Le groupe ébloui la salle avec un Alex Turner bien présent et au charisme à en faire pâlir Cameron Avery… Et puis les immanquables s’enchaînent avec « I Bet You Look Good on the Dancefloor », « Don’t Sit Down ‘Cause I’ve Moved Your Chair » et « Why’d You Only Call Me When You’re High? » avec lequel j’ai toujours un peu de mal. Le public, quant à lui, saisira n’importe quelle opportunité pour se déchaîner dans la fosse.
J’ai eu une impression de peu de titres du dernier opus « Tranquility Base Hotel & Casino », mais avec 6 LP à leur actif, difficile de faire de la place dans cette setlist déjà bien fournie. On aura quand même droit à 5 titres avec notamment l’excellent « Batphone » en rappel et qui passe très bien en live, petit regret pour l’absence de « Star Treatment ». Ce dernier album en tout cas confirme le virage vers un son plus mystérieux et déroutant, distillant cette ambiance tout au long de la soirée. Le groupe évolue et on ne peut s’empêcher de se dire : « Quel chemin parcouru ! » depuis les débuts mals assurés mais désarmants d’un « I Bet You Look Good on the Dancefloor » en 2005. Petites pépites de la setlist ce sont « 505 » qui présageait déjà l’évolution du groupe avec le sample à l’orgue d’Ennio Morricone pour le film emblématique « Le bon, la brute et le truand » et « Cornerstone » aux paroles poignantes.
Et même si la richesse de la discographie du groupe, nous fait regretter l’arrivée trop tôt de la fin de la soirée. Le public repart le coeur léger et les yeux pleins d’étoiles.
Les Arctic Monkeys nous ont offert une belle performance ce soir avec un partage avec le public plus généreux que dans mes souvenirs. Car si c’est le premier article dédié à un concert des Arctic Monkeys, j’ai eu la chance de les voir aux Eurockéennes de Belfort et à Rock en Seine en 2011 et à priori le concert au Zénith de Paris ne sera pas le dernier…

Setlist

Four Out of Five
Brianstorm
I Bet You Look Good on the Dancefloor
Don't Sit Down 'Cause I've Moved Your Chair
Why'd You Only Call Me When You're High?
505
One Point Perspective
Do Me a Favour
Cornerstone
One for the Road
Arabella
Tranquility Base Hotel + Casino
She Looks Like Fun
Knee Socks
Pretty Visitors
Crying Lightning
Do I Wanna Know?

Batphone
The View From the Afternoon
R U Mine?