Wildweek #248

Découvrez la ville de Hong Kong avec la visite guidée de Sonnfjord pour leur titre délicieusement pop « Lights ».

Alors que leur nouvel album est tout juste sorti en début de mois, The Pains of Being Pure at Heart nous dévoile le clip de l’un des titres « So True ».

Pour ceux qui comptent assister au concert de l’excentrique Mac DeMarco en cette fin d’année, vous ne serez pas dépaysé par la première partie qui sera assurée par Montero. Soft-pop et univers psychédélique seront au programme !
Christopher Owens revient pour notre plus grand plaisir avec un nouveau groupe « Curls » et un titre en écoute avec « Emotion ».
Et avant de partir, on n’oublie pas qu’en octobre se déroule un petit festival à la programmation rock pointue, c’est l’Eldorado Festival au Café de la Danse du 11 au 14 octobre.
Bon week-end et bonne écoute !

Une rentrée avec le sourire au Smmmile Festival !

SMMMILE Festival à Paris 2017

En ce week-end aux allures d’Automne, je suis allée me consoler en bonne compagnie au tout récent festival vegan, le Smmmile Festival ce dimanche. Alors que cet évènement en est seulement à sa deuxième édition, il prend déjà possession de La Villette entre foodtrucks, conférences et tables rondes et biensûr ce qui m’intéressait tout particulièrement, les concerts.
La programmation du dimanche était la soirée la plus pop avec un trio inconnu en ce qui me concerne mais très alléchant avec Hyperculte, Requin Chagrin et FM Belfast. Si je ne vais pas souvent au Trabendo, j’apprécie beaucoup la taille de la salle et sa configuration chaleureuse qui permet de voir la scène dans de bonnes conditions.
C’est donc dans une ambiance détendue de dimanche soir que je me suis rendue au Trabendo pour découvrir ces trois groupes.
Hyperculte au Smmmile Festival 2017, Trabendo à ParisLe premier, Hyperculte, n’a pas tardé à faire son arrivée sur scène. Composé de deux membres seulement Simone Aubert et Vincent Bertholet, la première à la batterie et le second à la contrebasse formant un duo vocal étonnant. Une première partie pas forcément très facile d’accès pour entamer la soirée. En effet entre batterie et contrebasse, la rythmique est à l’honneur et même dans le chant pratiqué par les deux protagonistes, cependant la mélodie se fait trop absente. Ici ne vous attendez pas à repartir avec des airs à fredonner. Cependant Hyperculte vaut néanmoins le détour et donne surtout l’envie d’apprivoiser les titres en seconde écoute chez soi.
Requin Chagrin au Smmmile Festival 2017, Trabendo à ParisAprès une courte pause on fait la connaissance de la formation Requin Chagrin. Déjà avec un nom de groupe pareil, difficile de ne pas être conquis ! Et là c’est le gros coup de coeur pour le personnage féminin guidant ces requins chagrins, Marion Brunetto. Non ce n’est pas parce qu’elle porte le même prénom que moi, mais c’est par sa voix que je fus conquise. Celle-ci malheureusement ne ressort pas autant dans les titres disponibles sur Spotify, mais en live clairement elle habite les mots. Le combo voix et guitares virevoltantes vous embarquent rapidement dans l’univers du groupe avec des titres à la saveur agréablement douce amère.

Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Indochine et cette fausse nonchalance, d’ailleurs ils en feront des reprises notamment avec « Les Plus Mauvauses Nuits ». Requin Chagrin est donc une belle découverte, et un groupe à suivre très certainement après leur premier album éponyme paru en 2016.
Et puis on changera radicalement d’ambiance avec le cocktail détonnant et le plus électro de la soirée de FM Belfast. Entre confettis et gesticulations, les islandais ont préparé un vrai show sous forme de joyeux bordel où tout le monde était convié ! Composé de 5 personnes dont 4 trublions et 1 voix féminine. Un joyeux groupe qui va réveiller la foule, gentiment installée dans son confort du dimanche soir, pour transformer le Trabendo en dancefloor.
FM Belfast au Smmmile Festival 2017, Trabendo à ParisLes rythmes sont enjoués, chaque membre y va de sa propre danse et invitant le public à faire de même. Dans toute cette agitation malheureusement les titres ne brillent pas, soit par un manque de concentration ou une interprétation un peu brouillonne. Et on se demande si tout ce temps passé à divertir, ne sert pas à détourner l’attention de leur interprétation un poil faible. C’est d’autant plus dommage sur des reprises originales comme celle de Oasis avec Wonderwall.

Cela n’empêche pas de passer un excellent moment et de faire la fête, après tout on est au Smmmile Festival et ce groupe est parfait dans ce sens. Mais pour apprécier leur musique, je me tournerais de nouveau vers une écoute chez moi. À la fin du concert on se dit que oui le groupe est complètement barré et ne se prend pas au sérieux, et ça c’est vraiment rafraîchissant.
Une belle soirée de clôture donc pour ce Smmmile Festival qui va sûrement s’inscrire dans nos calendriers des évènements musicaux à suivre.

Wildweek #247

À deux semaines de leur concert à Accor Hotel Arena, Phoenix et la Blogothèque s’associent de nouveau pour un « Ti Amo » prenant vie dans un théâtre italien. Vous l’aurez compris, je suis impatiente de découvrir leur dernier album aux accents ensoleillés en live !

La sensation King Krule est de retour avec un nouvel album et un extrait à ne pas rater avec « Dum Surfer ».

Voyagez en bonne compagnie avec Rone et « Brest » extrait du nouvel album à paraître le 3 novembre.

Radiohead nous propose un très chouette et très « juste » clip pour son titre « Lift ».
Bon week-end et bonne écoute !

Wildweek #246

Matthew Dear s’entoure du duo Tegan and Sara pour le nouveau titre « Bad Ones » qui vous restera longtemps en tête.

St. Vincent continue de dévoiler son prochain album annoncé pour le 13 octobre « Masseduction », avec un nouvel extrait « Los Ageless ».

Découverte sympathique avec Dream Wife et leur titre rock illustré en vidéo « Fire ».

On redécouvre le titre « Kindling (Fickle Flame) » d’Elbow, dans une nouvelle version en duo avec John Grant.

Si vous souhaitez prolonger l’été, à défaut du soleil, vous avez la musique de Reverend And The Makers avec « Auld Reekie Blues ».
Bon week-end et bonne écoute !

Wildweek #245

Gros coup de coeur pour le clip illustrant le sublime titre de St Vincent « New York », réalisé par Alex Da Corte. Annie Clark a également partagé une playlist autour de New York avec notamment LCD Soundsystem et Ryan Adams, à ne pas rater. Elle nous fait un dernier cadeau avec reprise de « Love is all you need » des Beatles pour la dernière pub Tiffany & Co.

La vidéo WTF du jour c’est Will Butler expliquant sa manière plutôt originale de composer une chanson, à prendre au second degré ;).

Les artistes ont l’air en forme cette semaine, avec ici un Mac DeMarco partageant un clip en réalité virtuelle un peu trippy pour son titre « This Old Dog ».

Découvrez le nouveau single prometteur dévoilé par Girls in Hawaii « Walk ». Et comme Mac DeMarco, ils étaient à Rock en Seine 2017, j’en profite pour vous partager le replay de certaines prestations mises à disposition par Culturebox.

Encore un chouette clip avec univers coloré réussi pour Dan Auerbach et son titre « Stand by my girl ».
Bonne écoute et bon week-end !

« Painted Ruins » Grizzly Bear

Grizzly Bear "Painted Ruins" 2017

Après 5 ans d’attente, le groupe originaire de Brooklyn, Grizzly Bear, revient avec un nouvel opus intitulé « Painted Ruins ». Alors ce nouvel album sera-t-il à la hauteur ?
Pour ceux qui ne connaisse pas Grizzly Bear, il est nécessaire d’introduire un peu le groupe. Alors oui vous les connaissez et très probablement pour ce titre et son intro « Two weeks » ci-dessous.

On classe généralement le groupe en tant que pop-rock indépendant, expérimental et on ira même des fois à les qualifier de psychédélique. Vous l’aurez compris, lorsque vous embarquez dans l’écoute d’un album de Grizzly Bear, c’est pour un voyage sonore qui ne vous laissera pas indemne.
L’approche de leur musique peu parfois être déconcertante mais il ne faut absolument pas baisser les bras à la première écoute. Ils font partie de ces groupes pour lesquels, la richesse de leur musique se dévoile au fur et à mesure des écoutes comme s’il fallait en quelque sorte l’apprivoiser.
Une des chansons les plus faciles d’accès est le dernier single paru, « Mourning Sound » dont le clip est habité par une poétique Clémence Poésy. Ce titre s’il n’est pas non plus taillé pour les hits de radio vous fera approcher leur musique de manière douce.

Mais l’important c’est de prendre son temps et d’écouter. Si Grizzly Bear ne révolutionne pas son style, on note une légère évolution avec une présence plus forte de synthés. Enveloppant certains titres d’une atmosphère de rêverie impalpable comme sur « Losing All Sense » qui démarre de manière plutôt conventionnelle pour s’évader.
« Aquarian » fait également partie des titres phares de « Painted Ruins » avec un rythme d’intro qui m’a rappelé la violence des vagues.

« Great disaster, shocking sight
Scream and run or test your might
Every moment brings a bitter choice
The knowledge you can’t win with what remains »

Sans essayer de saisir le sens des paroles, j’ai plutôt tendance à me laisser envahir par l’ambiance développée au fil des titres. Et si l’on peut leurs reprocher de ne pas être faciles d’accès, certains titres émergeront tout de même du lot. En tout cas je suis curieuse de voir ce que le groupe donne sur scène, et ils seront dans une des salles les plus prestigieuses de la capitale, l’Olympia le 16 octobre prochain.

Rock en Seine 2017, Jour 3

The XX Rock en Seine 2017

La dernière journée de Rock en Seine 2017 débute déjà, mais heureusement une sacrée liste de concerts m’attend !
Pour commencer du bon pied, rendez-vous sur la Grande Scène afin d’accueillir King Khan and the Shrines. Peu de monde est présent et pourtant le roi Khan réserve un show décalé dont je profite à l’ombre salutaire de la scène. Entre costumes, énergie débordante, des titres oscillant entre soul, garage, pop et autres influences, on ne voit pas le temps passer.
Car Seat Headrest Rock en Seine 2017Pour ne pas manquer le prodige Will Toledo au sein du groupe Car Seat Headrest, direction scène de la Cascade sous le soleil écrasant de l’après-midi. Entre une balance plus que moyenne, une voix inexistante et l’attitude renfermée de Will Toledo, on est bien loin de ce à quoi je m’attendais. Dommage car on entraperçoit malgré tout le potentiel avec l’irrésistible « Drunk Drivers/Killer Whales ». Et puis ce n’est pas parce qu’une corde pète sur la dernière chanson, qu’on doit manquer de respect au public en quittant furieusement la scène tel Liam Gallagher.

Puis un nouvel aller-retour sur la Grande Scène et la Cascade pour profiter dans un premier temps du groupe français Deluxe. Un vrai moment de fun qui réussira à faire bouger la foule feignante de ce dimanche. Puis un aperçu de Ty Segall qui investit pour la seconde fois, la scène de la Cascade pour un déballage de guitares enragées.
Mac DeMarco Rock en Seine 2017
Enfin direction de nouveau la Grande Scène pour le deuxième artiste de cet édition Rock en Seine 2017 que je ne voulais pas manquer, le trublion Mac DeMarco. Autant dire qu’il a fait honneur à sa réputation de joyeux branleur avec une bonne humeur communicative, des synthés enveloppants et des notes de guitares insouciantes.

Il fera une blague de près de 10 minutes sur une reprise de Vanessa Carlton « A Thousand Miles » en chantant « Making my way Downton » en boucle, le tout en menant par le bout du nez le public, oui oui… Juste pour le plaisir je mets le titre que vous connaissez très certainement ci-dessus ! Passée la blague, le personnage est très sympathique n’hésitant pas à aller au contact de ses fans et à les accueillir sur scène. Cet aperçu me donne vraiment envie de le voir en concert « long format » et ça tombe bien, il sera à l’Olympia le 14 novembre. En espérant qu’il sera un peu plus occupé à jouer les titres qu’à se jouer de son auditoire.
The Lemon Twigs Rock en Seine 2017La surprise de la journée, ça reste les new-yorkais de The Lemon Twigs sur la scène de l’Industrie avec les frères D’Addario, déjantés et littéralement élastiques Brian et Michael. Non seulement l’énergie déployée sur scène est incroyable mais les deux frères échangent d’instruments comme de chemises, passant de la batterie au chant à la guitare et j’en passe. La logique derrière cette dynamique est que celui qui compose le titre l’interprète sur scène, tandis que l’autre se place à la batterie. Le duo fonctionne à merveille et le set oscille entre 60’s et 70’s et par cela me rappelle les Foxygen vu cette année. Les voix s’accordent particulièrement bien aidées par Danny Ayala notamment sur « These Words ». Clairement la prestation à ne pas manquer si vous en avez l’occasion !

Après cette débauche d’acrobaties et de guitares virevoltantes, me voici sur la scène du Bosquet pour faire la connaissance avec Slowdive, groupe formé en 1989 tout de même. C’est un changement d’ambiance un peu violent entre les deux performances et malheureusement la balance étouffait la voix de Rachel Goswell. Si personnellement je n’ai pas été transportée, le public lui clairement l’a été.

Enfin cette édition Rock en Seine 2017 se clôture avec le trio de The XX. Pour ne pas déroger à la règle, encore un problème de balance pour cette dernière prestation avec des basses écrasantes. Malgré tout The XX fait passer un bon moment et leur musique minimaliste installe l’ambiance dès les premières notes de « Intro ». Là où on pouvait leur reprocher de paraître froids et distants, en live c’est plutôt une sincère timidité qui transparaît. On obtient une prestation touchante et un vrai moment privilégié avec le groupe. La dynamique sur scène est intéressante avec le bassiste Oliver Sim et la guitariste Romy Madley Croft, tous deux chanteurs échangent et se répondent avec une belle harmonie de voix. Jamie XX lui, veille du haut de ses claviers et assure l’ambiance électro du show jusqu’à transformer l’espace de la grande scène en boîte de nuit géante.
En tout cas pari remporté cette année, avec une programmation peut-être plus modeste mais de qualité et qui a permis de renouer avec cette ambiance relaxe de festival.
À l’année prochaine pour la prochaine édition peut-être !

Rock en Seine 2017, Jour 2

Band of Horses Rock en Seine 2017

La température monte et les flaques s’assèchent pour ce deuxième jour de Rock en Seine 2017.
Je commence la journée allongée sur l’herbe maltraitée de la Grande Scène pour les américains de Band of Horses, parfaite programmation pour ce début d’après-midi chaud. Ben Bridwell assure bien le show et on a des jolis moments avec les titres plus anciens « No One’s Gonna Love You » et « The Funeral ».
Girls in Hawaii Rock en Seine 2017Je retourne ensuite pour la scène de la Cascade pour revoir les belges de Girls in Hawaii et leur pop éthérée. En effet j’avais déjà eu le plaisir de les voir lors du Disquaire Day de 2013 à la Gaîté Lyrique. Ça sera un sans faute pour le set de Girls in Hawaii, mêlant habilement leurs titres pop aériens avec ceux un peu plus électro, ce qui donne un set varié mais cohérent. Je fus même assez étonnée d’apprendre que c’était leur premier passage à ce festival parisien pour Rock en Seine 2017 ! Le concert fut aussi l’occasion de présenter au public quelques nouveaux titres du groupe à paraître en album le 29 septembre prochain sous le nom « Nocturne ».
Her Rock en Seine 2017Après une petite pause, une prestation pas convaincante de Timber Timbre et une oreille lointaine pour Little Dragons, j’ai décidé d’aller voir Her à la scène du Bosquet. Alors que le groupe a perdu l’un de ses chanteurs, Simon Carpentier, le 13 août dernier, Victor Solf assure malgré tout les concerts. Simple curiosité ou sincère affection envers leur musique, en tout cas le public était au rendez-vous et la scène du Bosquet s’est retrouvée engloutie sous les pieds des festivaliers. Avec une prestation tout en sobriété, émouvante et de discrets hommages à l’attention de son comparse parti trop tôt, il faut dire que la moitié de Her a parfaitement assuré le show. Belle découverte donc pour ce groupe et un rendez-vous donné le 5 décembre au Bataclan.
PJ Harvey Rock en Seine 2017Malheureusement je n’ai pas pu assister au concert de The Kills cependant j’étais quand même particulièrement bien placée pour profiter de la prestation de PJ Harvey, surnommée la grande prêtresse du rock. Je n’étais absolument pas familière avec sa musique, c’était donc l’occasion parfaite de la découvrir. Elle arriva sur scène dans une sorte de procession en file indienne accompagnée de chacun de ses musiciens, installant l’ambiance du show dès le début. Le set proposé fut très dark dans une ambiance pseudo gothique, elle-même tel un corbeau, s’était coiffée d’ailes noires. N’étant pas sensible ni à sa voix, ni aux instruments à vents et ne connaissant pas au préalable son univers, j’ai abandonné la prestation après 30 minutes. Ce n’était pas pour moi.
À voir ce que nous réserve la dernière journée de Rock en Seine avec notamment Car Seat Headrest et Mac DeMarco !

Rock en Seine 2017, Jour 1

The Jesus and Mary Chain Rock en Seine 2017

Cette année Rock en Seine nous propose une affiche plutôt modeste, parsemée de belles pépites mais sans mastodontes qui attirent les foules. Un choix qui m’a étonné mais qui ne me déplaît pas et permettra peut-être à Rock en Seine 2017 de renouer avec une ambiance de festival bon enfant.
Ce premier jour, la météo capricieuse de la matinée nous a préparé un terrain avec tout juste ce qu’il faut de petites flaques d’eau pour commencer à remuer tout ça et sauter dans la gadoue en fin de soirée. Armée de bonnes chaussures prêtes à endurer ces trois jours de concerts, j’arrive sur place.
Beach Fossils Rock en Seine 2017
Là on commence bien la journée en compagnie des new-yorkais de Beach Fossils sur la scène du Bosquet. Le groupe venait défendre en live leur dernier album paru cette année et intitulé « Somersault ». Je vous ai déjà partagé plusieurs fois leurs titres rafraîchissants en wildweek.

Puis on se dirige vers la scène de la Cascade pour un groupe emblématique, rien que ça, The Jesus and Mary Chain. Venus présenter leur dernier album sorti cette année « Damage and Joy », le premier depuis 1998, le défi était donc de taille. Et dès le premier titre The Jesus and Mary Chain, l’air de rien, a simplement enflammé Rock en Seine avec leurs titres efficaces. Avec un groupe formé avant même avant que j’existe, la maîtrise de la scène n’est plus à questionner. C’était sans aucun doute, en ce qui me concerne, le meilleur moment de cette première journée avec l’indémodable « Just Like Honey ».

On s’enfonce encore un peu plus dans le Parc de Saint-Cloud pour rejoindre la Grande Scène et les écossais Franz Ferdinand très attendus. On retrouve un Alex Kapranos peroxydé comme s’il essayait de se réinventer… Si j’avais été emballée en 2015 lors du concert de Franz Ferdinand / Sparks également à Rock en Seine, le set de cette année n’a pas tenu la longueur. Passé leurs grands succès, Franz Ferdinand propose un set relativement monotone avec des titre où le chant est égal partout et les rythmes similaires.
The Shins Rock en Seine 2017Heureusement je n’ai pas terminé la journée sur cette note, puisque The Shins prenaient possession de la scène de l’Industrie. Là encore, respect pour ce groupe formé en 1997, habitués des BO des films de Zach Braff, ce qui leur a permis d’atteindre une belle renommée. Cette fin de soirée sera donc délicieusement pop-rock avec The Shins et leurs titres rayonnants, qui fait terminer cette première journée de Rock en Seine 2017 sous le signe de la bonne humeur.
Aller en route pour le deuxième jour !

Wildweek #244

Grizzly Bear a dévoilé son dernier album la semaine dernière et on en profite pour découvrir le clip décalé du titre « Mourning Sound ».
Le nouvel album de The Pain of Being at Heart « The Echo Of Pleasure » est disponible en pré écoute sur NPR.

Le duo Tennis se rappelle à nous, alors qu’ils ont sorti un album cette année, ils continuent en dévoilant un inédit. Ils ne sont jamais complètement léger, toujours situés dans cet entre-deux doux amer ici avec « No Exit ».

On oublie pas le joli duo français Pépite et son titre « Sensations » à suivre.

Beck annonce la sortie d’un nouvel album « Colors » le 13 octobre et dévoile un nouvel extrait tout aussi coloré que les précédent avec « Dear Life ».
Bon week-end et bonne écoute !